•   

      

      

    Le Sanctuaire Arverne de Corent d'un point de vue Archéoastronomique

     
     
      
      
    Introduction

     

    Le site archéologique du Puy de Corent se situe à   une quinzaine de kilomètres au sud-est de la ville actuelle de Clermont-Ferrand   en Auvergne. Aujourd’hui inhabité, il recèle de nombreux   vestiges datés du Néolithique (troisième millénaire   avant J.-C.) à la fin de l’époque romaine (quatrième   siècle après J.-C.).

    Au premier siècle avant notre ère, il est le siège   d'une grande ville gauloise : un oppidum vaste de plusieurs dizaines d'hectares,   dont l'importance est signalée par la présence de milliers de   monnaies et de tessons d'amphores à vin importées d'Italie.

    Les fouilles menées depuis 2001 se concentrent sur le   centre de l'agglomération, occupé par un vaste sanctuaire environné   de quartiers d'habitat. L'ampleur des vestiges et la richesse des objets retrouvés   identifient le site de Corent à la capitale politique et économique   du peuple arverne avant la conquête romaine.

     
      
    LIEN EXPLICATIF SENSATIONNEL :
      
      
    Le site archéologique du Puy de Corent se situe à une quinzaine de kilomètres au sud-est de la ville actuelle de Clermont-Ferrand en Auvergne. Au premier siècle avant notre ère, il fut le siège d'une grande ville gauloise : un oppidum vaste de plusieurs dizaines d'hectares, dont l'importance est signalée par la présence de milliers de pièces de monnaie et de tessons d'amphores à vin importées d'Italie.
     

    L'ampleur des vestiges et la richesse des objets retrouvés identifient le site de Corent à la capitale politique et économique du peuple arverne avant la conquête romaine.  

     

    David Romeuf, membre du L.U.E.R.N et de l'A.R.A.F.A, propose une interprétation archéoastronomique de ce site arverne. Comme il l'explique lui-même: "mon intérêt pour l'Astronomie et la période Gauloise Arverne m'a naturellement conduit à m'interroger sur un éventuel lien entre le Sanctuaire latènien de Corent et le Ciel. Je livre ici quelques remarques qui me paraissent assez troublantes pour être relatées mais pour l'instant sans aucune certitude scientifico-archéologique issue de mobiliers ou textes antiques. Je l'exprime bien fermement : ma démarche est uniquement archéoastroNomique"

     

     

    Le sanctuaire de Corent

    I

     

    l explore principalement deux pistes:

    • D'une part, il y a aurait une corrélation ou une relation possible entre les données topo-astronomiques (axe fondateur + axe principal de la porte) et les préférences sacrificielles, spécifiques au site, révélées par les fouilles.
    • D'autre part, l'orientation principale pourrait être mise en rapport avec la célébration (ou le repérage) des fêtes celtiques (Puy de Saint-Romain, Soleil, Sirius).

     

    Le plan des fouilles révèle plusieurs directions remarquables dans la construction et l'orientation du Sanctuaire.

    Plan des fouilles sur lequel David Romeuf a reporté les lignes de directions significatives.
     

     

     

    Le Sanctuaire Arverne de Corent semble être axé avec le Soleil et le Puy de Saint-Romain pour les dates mentionnées des quatre principales fêtes celtiques (dont il n'y a pas de certitude concernant leur célébration en Gaule). L’étoile la plus brillante du ciel –Sirius- se rajoute aux festivités.  

    L'axe fondateur du sanctuaire semble dirigé vers le lever apparent de Capella, et celui de sa porte vers le lever de la constellation du Bélier. Capella et le Bélier se levait simultanément de manière héliaque début août et début mai. (Ce point est discuté à la fin de l’article). Ainsi une corrélation pourrait être envisagée entre les orientations topo-astronomiques et les préférences sacrificielles pratiquées dans ce sanctuaire (moutons et chèvres).  

     

    Annonce de Samain 2011 par le coucher du Soleil au-dessus de la porte du Sanctuaire (ici passée de +2 jours) le 30/10/2011 vers 17h15 du soir (couvert pour l'alignement axial du 28/10/2011).
    Attention : le petit portail n'est pas dans l'axe, nous nous intéressons à la porte reconstituée de tronc rouge.
    Crédit : David ROMEUF pour Nuits Arvernes.

     


     


     

    « Le mouvement des astres, l'immensité de l'univers, la grandeur de la terre, la nature des choses, la force et le pouvoir des dieux immortels, tels sont en outre les sujets de leurs discussions : ils les transmettent à la jeunesse. »

     

    Jules César, les Druides dans la Guerre des Gaules, Livre VI.

     

    « Cependant les Gaulois ont une certaine érudition et des maîtres de sagesse, les Druides. Ces maîtres font profession de connaître la grandeur et la forme de la terre et du monde, les révolutions du ciel et des astres, et la volonté des dieux. »

     

    Pomponius Mela, Géographie, Livre III

     

     

     

     

     

     

     

    D’autres orientations secondaires avec des étoiles de première grandeur et un objet remarquable sont aussi discutées (Capella, Véga, Deneb, Hamal et l'amas M45 dans les Pléiades). Après un développement fouillé et rigoureux de son argumentation, il en arrive à la conclusion suivante:

     

    "Soit l'orientation du Sanctuaire est une simple coïncidence totalement involontaire de la part des gaulois, car ils n'avaient même pas remarqué ces synchronismes (...) Soit l'orientation est volontaire de la part des gaulois pour marquer le début des fêtes Celtes (...). Si l'orientation est volontaire, différente des classiques équinoxes et solstices, alors le site d'implantation fut délibéré, choisi, connu et repéré auparavant par des initiés."  

     


    Vue plongeante sur le Sanctuaire depuis la côte belvédère de l'oppidum, en direction de l'azimut +68°.

     

     

    Vue plongeante sur l'oppidum de Corent et le Sanctuaire Arverne depuis la pointe du sommet du Puy de Saint-Romain, en direction de l'azimut + 248°.
    Derrière l'oppidum on perçoit le col formé par le village de Saint-Sandoux. Le Puy de Saint-Sandoux est sur la gauche (sud), le Puy de Peyronère sur la droite (nord).

     

    Reférez-vous à l'article de David Romeuf, pour des explications plus complètes quant à sa théorie: Le Sanctuaire Arverne de Corent et l'Astronomie ?  

      

     "Une véritable métropole arverne »

     

    Le plateau du Puy-de-Corent se situe à une quinzaine de kilomètres au sud-est de la ville actuelle de Clermont-Ferrand, au cœur du Puy-de-Dôme. À la fin de l’époque gauloise, le plateau du Puy-de-Corent est le siège d’une agglomération vaste de plusieurs dizaines d’hectares. Cette ville de type « oppidum », peuplée de plusieurs milliers d’habitants, a été occupée pendant près d'un siècle, entre les années 130 et 50 av. J.-C. Les milliers d’objets archéologiques découverts à la surface des labours, armes, bijoux, outils, monnaies et tessons d’amphores, ont très tôt retenu l’attention.

     

     

    Capitale gauloise

    Les fouilles menées sur le site depuis 2001 se concentrent sur le centre de cette agglomération, occupé par un grand sanctuaire de terre et de bois. Ce bâtiment abritait des cérémonies religieuses et politiques, marquées par de grands banquets dont témoignent de nombreux vestiges : restes animaux, amphores de vin importé d'Italie et pièces de monnaie frappées sur place. Les abords du sanctuaire sont occupés par de grandes places, bordées de quartiers d’habitation et d'autres édifices publics, dédiés au commerce et à l’artisanat. L’ampleur des bâtiments et la richesse des objets retrouvés sur le site ont permis de l'identifier à la capitale du puissant peuple des Arvernes avant la conquête romaine.

     

     

    Un gisement millénaire

    Aujourd’hui réservé à l'agriculture, le plateau de Corent a été habité pendant plus de 4000 ans, de la Préhistoire à la fin de l'Antiquité : en témoignent des vestiges de bâtiments datés du Néolithique (troisième millénaire avant J.-C.), de l'âge du Bronze (second et début du premier millénaire av. J.-C.), de l'âge du Fer (entre 800 et 50 av. J.-C.), et ceux d'un sanctuaire romain fréquenté jusqu'au quatrième siècle de notre ère. À chaque époque correspondent des objets de prestige, haches polies, armes en bronze, bijoux en or et milliers de monnaies qui témoignent de l'importance stratégique et économique de ce plateau qui domine l'Allier.

     

     

    Des fouilles de longue haleine

    Les recherches entreprises à Corent poursuivent un objectif ambitieux : dégager progressivement un centre-ville gaulois, afin d'en comprendre le plan, l'organisation et le mode de vie de ses habitants. L'état de conservation exceptionnel des vestiges, « fossilisés » par la mise en culture du plateau, facilite cette exploration, qui s'étend chaque année sur des centaines de mètres carrés. Elle permet d'entrevoir un schéma d'urbanisme divisé en différents quartiers (religieux, artisanal, résidentiel, etc.), très proche de celui connu pour les villes grecques ou romaines. Cette réalité pourrait s'appliquer aux habitats plus anciens, qui ont déjà été reconnus sur plusieurs hectares.

     

     

    Les banquets de Luern


    Deux bâtiments rectangulaires ont été découverts   au centre du sanctuaire. Délimités par des fossés servant   de support à des cloisons en bois, ces bâtiments étaient   ornés de crânes et de mâchoires de moutons attachées   à la manière de guirlandes.

      

    Leurs abords étaient jonchés   de milliers d'ossements et de tessons d'amphores importées d'Italie,   associés à des ustensiles culinaires en métal (chaudrons,   couteaux, fourchettes, passoires, seaux, louche, cuiller). Ces reliefs   alimentaires correspondent à des tonnes de viande et à des centaines   d'hectolitres de vin, consommés dans le cadre de banquets mentionnés   dans les textes anciens à propos du roi arverne Luern :

    « Luern, pour gagner la faveur de la multitude,   se faisait transporter sur un char à travers les campagnes, et jetait   de l’or et de l’argent aux myriades de Celtes qui le suivaient.   Il faisait enclore un espace de douze stades carrés, sur lequel il faisait   remplir des cuves avec des bois­sons d’un grand prix, et préparer   de telles quantités de victuailles que, plusieurs jours durant, il était   permis à ceux qui voulaient entrer dans l’enceinte de goûter   aux mets qu'on avait préparés et qui étaient à disposition   sans interruption. » Source : Poseidonios   d'Apamée (Athénée, Deipnosophistes IV 37, 1-19)

     

    Ce type de manifestation festive à caractère électoral   avait encours cours à l'époque de Vercingétorix : l'écrivain   latin Florus le décrit en train d'haranguer les foules lors de "fêtes   tenues dans les sanctuaires". Ces festivités présidées   par l'aristocratie arverne ont rythmé pendant plus d'un siècle   la vie du sanctuaire de Corent.

    Le centre du sanctuaire était occupé par des amas   d'amphores de forme circulaire ou carrée : des panses et des cols, disposés   en rayon autour de petites cavités revêtues de bois, probablement   destinées aux libations en l'honneur des divinités souterraines   ou des défunts (certaines d'entre elles ont livré des restes humains).   Elles rappellent ces « cuves remplies de vin » évoquées   dans les festins de Luern

     

    Liens Sur Corent:

     

     

    SOURCES http://decouvertes-archeologiques.blogspot.com/2011/11/le-sanctuaire-arverne-de-corent-dun.html

     

     

     

     

     

    Delicious Yahoo! Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique