• HISTOIRE du CORSET ( V )

     
       

    5/8

    4) Le triomphe du corset (2/3)

    En 1860's les tailles fines devinrent encore un élément de séduction et d'attrait. Les corsets reprirent leur pouvoir avec deux fois plus d'importance. Ils devinrent de courte taille à l'approche des années 1860. Ils se fermaient devant ou derrière avec un busc en métal devant, quelques baleines et pleins de goussets élastiques. Alors que le corset diminuait, il devint plus serré. Les vêtements faits à la Française étaient composés de pièces de soie élastique blanche assemblées par une fine bande de ruban formant un " réseau " contenant très peu de baleines. Ils étaient ouverts par devant et attachés par des petites bandes et des boucles, se laçant dans le dos.
     
    Pendant les années 1860's, les hanches étaient rendues incroyablement maigres, les jupes sont à godets et les jupons bouffants sont descendus plus bas avec des empiècements plus larges. Vers la fin de cette décennie et durant la phase de "laçage serré", une évidence contemporaine est qu'une taille mesurant entre 44 et 53cm était une pure aspiration de la mode, mais une réalisation fréquente, obtenue en 1867 par le corset "corset allant comme un gant" de Thomson sur lequel les attaches de devant étaient maintenues par des crochets métalliques ; ou par le corset à la Française à fermeture dans le dos avec un long busc de fer traversant de haut en bas le devant du corset.
     
    Le corset était comparativement court jusqu'en 1875, avec le grand corset et le laçage serré afin de donner une silhouette fine à la mode. A cette période, on
    admettait qu'il servait en tant que nouvel attribut, il n'avait plus qu'un but attractif mais également une fonction morale, désiré des femmes afin de s'exercer à la contrainte. Le corset à " bec de cygne " à porter sous le corset de cuirasse de 1878 et des années suivantes à un busc de fermeture à l'avant se terminant au dessous en une fine courbe. Avec les robes à fourreau à l'approche de cette période, les fermetures dorsales étaient préférées, la fermeture devant gênant avec le corsage. De tels corsets devaient être recouverts de satin noir et formés du minimum de laçage afin que cette camisole puisse être cachée, alors que, pour garder de l'espace, les dessus de jupon étaient directement boutonnés sur le corset. En 1878, les jarretelles cousues en bas du corset et attachées aux bas, commencèrent à
    remplacer l'utilisation des jarretières. En 1882, les jarretelles sont faites de satin et d'élastique avec des clips doré.
     
    En 1880, le corsage de la robe était dessiné pour ressembler au corset, afin de suggérer que la femme était complètement habillée. Le corset continua a être de longue taille, et était souvent de matériaux tel que la soie, le satin, de brocart et d'une grande variété de couleurs. En 1886 un corset de soie de couleur abricot et bleu paon était la couleur préférée. Dans les années 1890, le jaune était de tendance. A partir de 1890, le corset était toujours porté par dessus les jupons et était minutieusement décoré de volants et de rosettes colorées. Durant ces années on vit un semblant de formes raccourcies, avec une intensité considérable de laçage serré.
     
    En 1889 apparaît le "corselet-gorge" inventé par Alice Cadolle. Le but était d'inverser les forces de support. Le problème à résoudre, maintenir la poitrine. Au lieu de s'appuyer sur les hanches comme le corset et de recueillir les seins par en dessous comme dans des coupes, le principe était de suspendre la poitrine pas des bretelles. Le diaphragme était enfin libéré.  
     
       

    < Le triomphe du corset (1/3)

     
     

    Le triomphe du corset (3/3) >

     
     
    « HISTOIRE du CORSET ( IV )HISTOIRE du CORSET ( VI ) »
    Delicious Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter