• HISTOIRE du CORSET ( VIII ) fin

     

     
       

    8/8

    II. Qu'est devenu le corset depuis la seconde guerre mondiale ?

    Si la première guerre mondiale fut un coup dur pour le corset, la seconde guerre fut le coup de grâce. La nécessité de confort, et le besoin d'acier pour produire les armes de guerre, le corset et l'entretient de leur silhouette n'étaient pas les préoccupations premières des femmes pendant cette période.

    La guerre terminée, les femmes se remettent à prendre soin de leur apparence. Un corset appelé guêpière fut introduit par Marcel Rochas en 1947 afin de produire une petite taille. Connu en Angleterre en tant que "Waspie" et aux Etats Unis en tant que "waist cincher", il était une abréviation du corset avec une hauteur de 15 cm de matériaux durs, avec des morceaux d'élastique, des baleines, un laçage dans le dos qui permettait de maintenir la uniquement taille ; il fut admirablement adapté par le nouveau look de Dior la même année.

    Le corset, comme les chaussures, fut l'un des premiers objets à être traité comme fétichiste, et reste l'un des plus importants parmi ces modes. Il a éveillé plus de controversité qu'aucun autre objet n'a réussi à le faire. Il y a de cela deux raisons : l'une est médicale, et l'autre textuelle et sexuelle. Il a été identifié trois catégories de personnes portant un corset aujourd'hui. Les premiers sont les "non-conformistes" qui souhaitent changer la forme de leur corps et obtenir un esthétisme idéal. Les "identificateurs", qui associent le corset à la féminité et aux sous-vêtements féminins. ils ne sont pas forcement intéressé à modeler leur corps, mais le fait de porter le corset leur donne la sensation de changer de sexe. Les troisièmes sont les masochistes qui se lacent serré afin de créer une gêne érotique. Des superpositions existent entre ces catégories, et certaines personnes ne se trouvent pas nécessairement dans une catégorie. Il y a aussi les disciples de la mode, moins nombreux aujourd'hui, qui s'habillent comme au XIXème siècle.

    Dans le monde des jeux de rôles sado masochistes, le corset a une signification contextuelle et construite. La maîtresse porte un corset en tant qu'armure, avec des courbes extrêmes, l'ultime provocation sexuelle pour l'esclave qui ne peut toucher. L'esclave en contrepartie, porte un corset en tant que punition. Les maîtresses paraissent et se sentent ainsi impénétrables.
     
    Lorsque le corset réapparaît en mode, Vivienne Westwood est l'une des premières a exploiter son charisme. "C'est son corset, à première vue un remonte seins, qui a été l'une des plus grosses contributions depuis ces dix dernières années", écrivit Vogue. Westwood s'est inspirée des vêtements du XIXème siècle, plutôt que les corsets de l'époque victorienne. Bien que visuellement très attirants, ils n'étaient pas très bien structurés. Ils étaient en plastique, assez léger et se zippaient au lieu de se lacer.
     
    C'est précisément le laçage qui attirait les autres couturiers. Dans les années 50 le couturier Jacques Fath a crée une robe du soir en satin rose avec le laçage du corset dans le dos. Le couturier Jean Paul Gautier est connu pour le corset à bonnets pointus qu'il a conçu pour Madonna. Son influente collection été de 1987 mettait en scène de nombreux corsets. Il créa aussi un grand nombre de robes à corset en cuir avec le laçage de haut en bas - un style auparavant utilisé dans la photographie pornographique des années 30. La bouteille de son parfum est de la forme de l'un de ses corsets.
     
    Depuis le milieu des années 80, les corsets ont été un thème récurrent dans la mode contemporaine. Le couturier Thierry Mugler a fait du corset une partie intégrale de son design théâtrale de la "femme fatale". Il a montré des corsets agressifs avec des seins pointus et des corsets en cuir. Des couturiers comme Christian Lacroix, Ungaro ou Valentino ont crée également des modèles glamours et onéreux. Depuis, le corset est réapparu en tant que sous vêtement et vêtement. On trouve aujourd'hui le corset plutôt en tant qu'accessoire réalisé en standard par des entreprises ou des maisons corsetières telle Cadolle, qui réalise des corsets sur mesure.
     
    Ces derniers temps le corset a fait des retours majeurs. "Lacé pour le plaisir?" demanda le New York Times. Le débat sur le fait que le corset soutienne ou s'il emprisonne se représente avec les nouveaux corsets vus lors des dernières collections. "De l'air, de l'air !" s'exclame une journaliste du Figaro. Le retour du corset à la mode (en tant que dessous et dessus) révèle le fait que le vêtement est constamment revisité. En effet les derniers défilés de mode Haute couture et prêt à porter de la saisons été 2001 ont révélé de nombreux corsets. Les plus remarqués furent sans doute ceux de Jean Paul Gautier avec ce corset allant de la poitrine aux genoux porté par la pulpeuse Sophie Dahl.
     
    Sans doute moins touché par la guerre et plus traditionnels, les américaines et les anglaises sont plus nombreuses à le porter. Il reste certes quelques personnes qui le portent tous les jours, et quelques une d'entre elles à le garder la nuit, mais de part sa rigidité, reste un vêtement porté pour des occasions spéciales. Ainsi, il est fréquemment utilisé avec les robes de mariage, jour durant lequel la mariée souhaite être la plus belle et la plus séduisante. Les femmes portant un corset aujourd'hui plus encore le portent dans le but de séduire. Correctement ajusté il sait se faire discret voir invisible. Il reste cependant inadapté aux conditions de vie actuelles. Il semble évident que porter un corset durant une journée de travail n'est pas évident de par son incommodité.

    HISTOIRE du CORSET ( VIII ) fin

      

      

      

      

      

      

     
     
       

    SOURCES : http://corset.pagesperso-orange.fr/francais/histoire8.htm

     

    < La fin du corset

     
    « HISTOIRE du CORSET ( VII )Elles ont régné à Versailles - vidéo ( I ) »
    Delicious Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter