• HISTOIRE du VIN ( I )

     

     

    Accessoire Cuisine - Baril du vin

     

    Depuis l'aube des temps, la vigne et le vin ont marqué de leur empreinte les civilisations. Non seulement ils ont modelé les paysages et favorisé le commerce, mais ils ont aussi contribué à forger des mythologies et des religions, des traditions et des habitudes alimentaires. Nous vous proposons de retracer l’histoire du vin et son influence sur l'histoire des hommes.

    L'histoire du vin a des origines si anciennes que ce breuvage est mentionné dans les premiers écrits connus. Ainsi, la plus ancienne œuvre littéraire connue, un récit babylonien datant de 4000 ans, parle déjà du vin.
    Dans la Bible, la culture de la vigne est attribuée à Noé, le premier agriculteur : "Il planta une vigne et il en but le vin".

    L’apparition de la viticulture

    L’histoire du vin commence avec le passage progressif de la vigne sauvage à la vigne cultivée, vraisemblablement au septième millénaire avant notre ère. La vigne aurait fait son apparition 7000 ans avant Jésus-Christ dans le Caucase et en Mésopotamie. Elle aurait été domestiquée par les peuples d'Asie occidentale (les Sumériens, les Babyloniens et les Assyriens).
    HISTOIRE du VINDès 3000 ans avant Jésus-Christ, elle était cultivée en Égypte et en Phénicie. Le bassin méditerranéen, où la culture de la vigne s'est pleinement épanouie sous l’impulsion des Grecs et des Romains, est le berceau de la civilisation du vin. Les vignes gagnèrent la Sicile et l'Italie du Sud, puis le sud de la France et l'Espagne, avant de s’étendre vers l'intérieur du continent européen.
    Après la découverte de l'Amérique par Christophe Colomb le 12 octobre 1492, le vin partit à la conquête d'un monde nouveau. Les vignes s’étendirent sur ce nouveau continent, puis en Afrique du Sud, en Australie et en Nouvelle-Zélande.

    La naissance du vignoble français

    Le premier vignoble de France a été implanté à Massalia, l’actuelle ville de Marseille 600 ans avant JC. La vigne y a été apportée par les Phocéens, mais ce sont les Romains qui ont répandu la culture de la vigne à travers toute la Gaule et jusqu’en Grande-Bretagne.
    Au Ier siècle, la vigne se répand dans la vallée du Rhône. Elle apparaît en Bourgogne et dans le Bordelais au IIème siècle, atteint la Vallée de la Loire au IIIème siècle, puis la Champagne et la vallée de la Moselle au IVème siècle. La région parisienne fut pendant longtemps l’une des plus grandes régions viticoles françaises.
    Les Gaulois contribuèrent à l’histoire du vin en France en améliorant les procédés de vinification par le vieillissement en fûts de chêne. Cependant, c’est au Moyen Age qu’est apparu le vin tel que nous le connaissons aujourd’hui (dans l’Antiquité, les vins étaient coupés d’eau et agrémentés d’herbes, de Miel et d’aromates).
    Le christianisme a aussi contribué à propager la vigne et le vin en France en encourageant les viticultures épiscopales et monastiques. Au Moyen Age, la France était le premier exportateur de vin.HISTOIRE du VIN

      

    Vin et civilisation

     L’histoire du vin se confond en partie avec celle des civilisations occidentales. Le vin, synonyme d'ivresse, de convivialité et d’art de vivre, a toujours été chargé d’une valeur symbolique, voire d’une signification religieuse.
     
    Avant de devenir un élément fondamental dans la symbolique chrétienne et un ingrédient indispensable au sacrement de l'Eucharistie, le vin était associé au dieu Bacchus ou Dionysos. Source d’inspiration pour les poètes gréco-latins et les peintres, il est aussi devenu l’emblème de la culture française, de son art de vivre et de sa gastronomie.

     

     L'histoire du vin  s'enchevêtre inextricablement à celle de l'homme. Nous savons que la civilisation naquit de l'agriculture : quand les premiers nomades semèrent des graines et attendirent la récolte, leurs errances cessèrent. On pourrait dire avec plus d'exactitude que la civilisation commença avec le vin car la vigne prend plus de temps à produire que n'importe quelle autre plante et ne donne de raisins pour la vinification qu'au bout de quatre ans. Après avoir passé quatre ans en un endroit quelconque, la tribu nomade s'était bien stabilisée et pratiquait déjà quelques arts domestiques.
     
    Nous ne savons pas quand l'homme commença à boire du vin, mais il l'accepta comme un don des dieux : les Egyptiens l'attribuaient à Osiris, les Grecs à Dionysos, les Arméniens soutiennent que Noé planta le premier vignoble près d'Erivan. Etant donné qu'on a trouvé des pépins de raisins dans les cavernes préhistorique on pourrait admettre que le vin est plus ancien que l'histoire; il n'est pourtant guère vraisemblable que l'homme des cavernes aie su faire fermenter ses raisins.
      HISTOIRE du VIN
    Quand il fit cette découverte, ce fut sans doute fortuitement. Selon une légende, un roi de Perse qui raffolait des raisins, en conserva dans une grande jarre marquée "poison". Quelque temps plus tard, une des beauté de son harem qu'il négligeait, lasse de la vie, but le breuvage contenu dans cette jarre...
      
    Le poison était devenu si délicieux que, rassérénée, elle en porta un gobelet au roi; il but, accorda de nouveau ces faveurs à la dame et décréta que dorénavant il fallait laisser fermenter les raisins. Quelle que soit la manière dont les Perses le découvrirent, ils aimèrent certainement le vin; selon Hérodote, ils discutaient en conseil de l'Etat toutes les questions importantes deux fois de suite: la première fois en buvant et la fois suivante à jeun.
     
    La Mésopotamie et les flancs du Caucase comptèrent à coup sûr parmi les premières régions vinicoles; la Scène de Libation du panneau "Standard" d'Our, qui se trouve actuellement au British Museum, date de la première moitié du troisième millénaire avant l'ère chrétienne. En Egypte on plantait des vignes pour faire des vins funéraires peu après l'an 3000 avant J.-C.; les premières légendes au sujet de la consommation du vin en Chine datent sensiblement de la même période.
      
     En tout cas, on estime que la Grèce - premier pays d'Europe ou l'on fit du vin - apprit cet art de l'Orient et aussi, très certainement, de l'Egypte.
     
    HISTOIRE du VINLes plus anciennes traces écrites du vin en Egypte sont les sceaux sur les bouchons des amphores trouvées dans les tombeaux de la période prédynastique. Au premier temps, le roi possédait sa propre vigne d'où provenaient les vins funéraires et (selon H.F. Lutz.) Un lopin planté de vigne à usage domestique lui fournissait son vin de table. Les vignobles appartenant à des personnages importants portaient déjà des noms : Ramsès III ( 1198-1166 avant J.-C.) planta les célèbres vignes de Kan-Komet de même que de nouveaux vignobles dans les Oasis. Une vigne de Zoser porte un nom d'une longueur remarquable: " loué soit Horus qui est au seuil des cieux.
      
    " Les Egyptiens désignaient parfois plus succinctement le vin de ce cru en ces termes : "breuvage d'Horus" . D'autres part, certains sceaux peuvent être considérés comme des modèle de clarté, notamment celui-ci : " En l'année XXX Bon vin du vaste terrain irrigué du Temple de Ramsès II à Per-Amon. Le chef des vinificateurs, Toutmès :. "Il serait à souhaiter que toutes les étiquettes soient aussi honnêtes, explicites et rédigées aussi simplement."
     
    Etant donné l'uniformité de la température en Afrique, la récolte ne différait guère en qualité d'une année à l'autre. Le sol est d'une importance vitale pour la vigne, partout ou elle pousse; les Egyptiens se souciaient du site de leurs vignobles car ils savaient déjà que les vignes poussaient mieux à proximité du delta ou elles étaient irriguées tous les ans par la crue du Nil; mais les terrains marécageux ne leurs convenant pas, on les plantait sur des levées artificielles entourées de murs.
     
    Les reliefs et peintures murales des tombeaux nous offrent encore aujourd'hui de clairs tableaux de la vie en Egypte antique.
     
    On y voit les ouvriers vendanger avec des couteaux à lames incurvées ressemblant à la faucille dont on se sert encore à l'occasion.
     
    Les femmes cueillaient les grappes et les jetaient dans des hottes d'osier portées par les hommes ou bien dans des paniers accrochés à un balancier posé sur les épaules. C'est ainsi que le raisin allait aux presses. Les Egyptiens faisaient fermenter leur vendanges dans des cuves en bois d'acacia. Ils le foulaient au rythme d'une chanson entraînante, accompagnée de claquement de mains.
      
    Ce spectacle est encore familier à tous ceux qui ont assisté aux vendanges sur les bords du Douro ou en Espagne. Le parallèle avec les temps modernes ne s'arrête pas là. Un certain Bilgaï, "surveillant de la forteresse de la mer", nota sans vergogne sur une stèle qu'il avait imposé à la population une redevance de 23 568 mesures de vin en plus de ce qui était dû au percepteur des taxes. En outre, le code d'Hammourabi (Babylone, 2000 avant J.-C.) précise les conditions dans lesquels il est permis d'acheter du vin : le marchand qui ne donnait pas la mesure devait être jeté à l'eau. Alors comme aujourd'hui, la fraude sévissait dans les affaires du vin.
     
    HISTOIRE du VIN
      
    Nous savons peu de chose quant au vin des gens du commun car ils n'avaient pas les moyens de se faire enterrer dans de grands tombeaux ni de faire graver leur histoire et leurs méditations sur la pierre. Probablement bivaient-ils du vin de palme et de dattes ainsi que de la bière d'orge. Le vin royal et celui des riches était surtout blanc. Voici les plus célèbres types de ces vins :
    •  
    •  
    • Le Maréotique- Produit par des vignes proches du site sur lequel Alexandrie fut bâtie par la suite. C'était un blanc doux, léger, apte à être conservé et doué d'un bouquet odorant. Il fut connu des siècles plus tard à Rome. Selon Horace ce serait la Maréotique qui aurait embrasé le coeur de Cléopatre.
    • Le Taniotique- Athénée (env. 200 de notre ère) le considère comme meilleur que le Maréotique. Vin blanc, verdâtre, doux, onctueux, aromatique, légèrement astringuent. (Athénée disait que les amateurs de vin égyptien mangeaient volontiers du choux bouilli avant les banquets et buvaient ensuite l'eau de cuisson de ces choux pour guérir leur gueule de bois.)
    • Le Sebennyticum - D'après Pline ce vin était fait d'après trois éléments différents : du raisin de Thasos, un raisin dit de suie, et de la résine de pin.

      

      

      

     

     

     

    « LOGOS ANIMES - FELINS ( II )HISTOIRE du VIN DE BOURGOGNE ( II ) »
    Delicious Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter