• L'histoire des fruits et légumes

     

    L'homme de Néandertal mangeait aussi des légumes....L'analyse de traces de graines et de tubercules cuits dans le tartre dentaire de trois individus confirme que ce cousin de l'homme moderne pouvait diversifier ses menus...

     

    De la cueillette à la culture Les premiers hommes vivaient de chasse et de cueillette. Pendant la période Paléolithique, entre 30 000 et 10 000 ans avant Jésus-Christ, les seuls fruits et légumes consommés étaient des espèces sauvages, des baies, des salades ou épinards primitifs. Au début de la période suivante, le Néolithique, nos ancêtres commencèrent à observer que certaines plantes comestibles pouvaient être préservées d'une saison sur l'autre grâce à leurs graines.  

      

    Lien article MENUS PREHISTORIQUES

    http://geozine.free.fr/Geozine/forme/alimentation_prehistorique.htm

    Les plantes, sélectionnées pour leur pouvoir germinatif, la dimension plus importante de leur partie comestible (feuille, fruit, racine) et la qualité gustative de celle-ci, étaient replantées et donnaient ainsi des plantes améliorées. On apprit ensuite, grâce à des techniques de culture comme le greffage, à créer des variétés plus résistantes ou plus nourrissantes. Ce n'est que bien plus tard qu'apparurent les variétés hybrides, issues de croisements entre des individus de lignées différentes.

      

    Des Américains antérieurs à la culture de Clovis | Prehistoire | Scoop.it

    Un site de taille d'outils en pierre retrouvé au Texas montre que des chasseurs-cueilleurs vivaient en Amérique avant l'apparition de la culture Clovis, qui caractérisait jusqu'ici les plus anciennes traces humaines connues sur ce continent...       

      

    L'agriculture proprement dite, c'est-à-dire l'art de cultiver une plante d'une année sur l'autre en quantité suffisante pour alimenter les communautés humaines, a commencé vers le VIIe millénaire av. J-C., probablement au cœur du "croissant fertile", une vaste région allant de la Mésopotamie à l'Egypte. C'est d'ailleurs dans cette même région que sont apparues les premières civilisations, les premières écritures, les premières cités... Sumer d'abord, puis Babylone, dont les célèbres Jardins suspendus, une des 7 Merveilles du monde, étaient en fait des vergers et potagers irrigués par un système très sophistiqué.

      

      

    En Egypte, 7000 ans av. J-C, les potagers du pharaon Chéops, bâtisseur de la Grande Pyramide, étaient riches de fruits et légumes variés : melons, radis, aulx, laitues, concombres, asperges, lentilles, poireaux, prunes, dattes...

     

      

    Fruits et légumes de l'Empire Romain

     

    Plus tard, vers le IVe millénaire av.J-C., l'arboricultureet le maraîchage commençaient à apparaître : ils allaient devenir une activité majeure des peuples de la Méditerranée. La Grèce se couvrait de cultures d'oliviers, de vignes et de figuiers. Grecs, Etrusques, puis Romains, profitant de leurs conquêtes lointaines, rapportaient de l'Orient et des côtes africaines, des plants de légumes et d'arbres fruitiers : le cédrat, par exemple, qui fut le premier agrume importé en Europe par Alexandre le Grand, mais aussi le fenouil et la rhubarbe, venus d'Orient, l'artichaut d'Afrique du nord, etc. Les tables des riches Romains débordaient de délices provenant des quatre coins de l'Empire... Mais ces échanges se faisaient aussi dans l'autre sens ! La conquête de la Gaule par Jules César amena, dans les bagages des Légions, de nombreux fruits et légumes qui allaient eux-mêmes "coloniser" le pays : la vigne et l'olivier dans le sud, les salades et les choux dans le nord.

      

      

    Car la seule culture de légumes connue des peuples celtes de Gaule étaient celle de... la carotte. A noter tout de même que les Gaulois étaient d'excellents céréaliers et que leurs outils de moissons étaient largement supérieurs à ceux de leurs conquérants...

      

     

    La naissance du maraîchage en France

     

    Après la chute de l'Empire Romain, le Moyen-Age fut pour les fruits et légumes une longue période de régression et d'appauvrissement. Nombre d'entre eux étaient déclarés "impurs" par l'Eglise et seuls quelques monastères et enclos seigneuriaux conservaient des potagers dignes de ce nom.  La disette sévissait dans les campagnes où les paysans étaient contraints de manger des "racines", en fait des légumes-racines comme la carotte, le navet, le topinambour ou la betterave. On cultivait des choux, des courges et des poireaux, que l'on faisait bouillir dans de grandes marmites appelées "pots", d'où les noms de "potage" et de "poule au pot"...

     

     

     

     

     

      

    C'est à l'époque de la Renaissance que l'influence italienne fait revenir sur les tables de France une plus grande variété de fruits et de légumes verts. Dès lors prolifèrent autour des grandes villes des "ceintures maraîchères", vastes espaces dédiés à la culture des fruits et légumes, dont les produits sont apportés au centre des villes dans les "halles". Celles de Paris, créées par le roi Philippe-Auguste au XIIIème siècle, connaissent l'abondance à partir du XVe siècle : on y rencontre des producteurs venus de toute la région parisienne et même de Picardie ou de Belgique...

     

     

    Le potager du Roi Soleil

     

    Les fruits et légumes frais allaient s'imposer sous le règne de Louis XIV, qui en était particulièrement friand. Ce roi gourmet fit construire à Versailles, sur d'anciens marais situés en contrebas du château, un très grand potager dans lequel le maître des lieux, M. de La Quintinie, sut faire prospérer toutes sortes de délices royaux. Le monarque exigeant des fruits et légumes toute l'année, il mit au point des cultures sous cloches qui permettaient de faire pousser hors saison des fraises, des melons, du cresson et toutes sortes de salades, de l'oseille, des aubergines (originaires de l'Inde), des concombres, des asperges et surtout des petits pois, dont le roi raffolait. M. de La Quintinie a dressé la liste de tous les fruits et légumes cultivés à Versailles dans le potager du Roi ; une vingtaine d'espèces n'est aujourd'hui plus à la mode (mais elles demeurent cultivées) comme les plantains ou les oxalis... Elle seront sans doute redécouvertes un jour, à l'instar du pâtisson ou du topinambour...

      

     

    A propos, le potager du Roy existe toujours à Versailles : il est encore en activité et on peut le visiter !

     

     

     PARMENTIER

      

    L'arrivée des "américaines" : pomme de terre et tomate

     

    La pomme de terre est née dans la Cordillère des Andes, chez les tribus Incas, comme d'ailleurs la tomate, le maïs et... le cacao. Quelques plants furent expédiés à la Cour d'Espagne, puis au Pape en 1588 par un adjoint de Pizzaro.

     

    Elle fut dès lors produite à titre de curiosité, notamment en Allemagne.Un certain Parmentier, pharmacien militaire prisonnier en Westphalie en 1763, eut l'occasion de goûter cet étrange tubercule destiné aux porcs et... aux prisonniers.

     

      

      Tomates des ANDES

    La tomate : un légume révolutionnaire.

     

    La tomate, une autre américaine, prisée dans les pays méridionaux et dans le sud de la France fut aussi la grande découverte de la fin du XVIIIe siècle : ce sont les Marseillais, montés à Paris pendant la Révolution, qui la firent apprécier des consommateurs parisiens.

     

     

    Oubliés et retrouvés

    Les fruits et légumes frais, à partir du XIXe siècle, vont entrer dans les menus quotidiens des peuples d'Europe. Beaucoup resteront pourtant pendant longtemps des produits relativement rares, réservés à une petite partie de la population. Jusqu'au milieu du XXe siècle, la base de l'alimentation reste la viande, le pain, la pomme de terre, le chou, la carotte... La connaissance des vertus des fruits et légumes frais va se diffuser partout dès les années 50.

    A mesure que le niveau de vie s'élève, la qualité de la nourriture consommée s'équilibre : moins de viande et de pain, plus d'aliments riches en fibres et en vitamines. Aujourd'hui, les fruits et légumes frais ont conquis le monde entier. Mais la grande variété des fruits et légumes actuels n'empêche pas la redécouverte de produits anciens, revenant un jour ou l'autre sur l'étal des marchés : le pâtisson est de ceux là, ainsi que la roquette, le mesclun, le pourpier, le crambé maritime ou la tétragone...

      

      

    On redécouvre aussi des légumes sauvages : le pissenlit, l'ortie ou les fleurs comestibles...

     

     

    Gros plan sur ...

     

    Le cardon

     

    C'est un légume assez courant dans le Midi. Proche de l'artichaut, il est comme lui issu du chardon sauvage. Il était connu dans l'Antiquité, on le cultivait à Carthage et c'était à Rome un légume de luxe, réservé aux riches. Légume méditerranéen, il apporte une note originale aux menus d'hiver. Sa saveur subtile est très appréciée par les connaisseurs : on le cuisine avec d'autres légumes, notamment les pommes de terre, coupé en bâtonnets et revenu dans du beurre.On peut aussi le cuire au four, préparé en fins tronçons et gratiné avec du jambon et du fromage râpé.

     

     Les Lyonnais l'apprécient avec une sauce à la crème, et les Provençaux le cuisinent avec de l'huile d'olive, des tomates et des anchois. Certains le consomment aussi en salade, parfumé de coriandre fraîche ciselée. On le trouve entre les mois d'octobre et de mars, particulièrement en Provence et dans la vallée du Rhône.

     

      

    Le crosne

     

    C'est un tubercule originaire de Chine, qui fut introduit en France en 1882 par MM. Bois et Pailleux, qui le firent pousser dans leur jardin de Crosnes, en banlieue parisienne, et entreprirent de le commercialiser dans tout le pays.  Après avoir connu son heure de gloire, le crosne fut peu à peu oublié. Il commence à réapparaître, sous une forme "prête à cuisiner", évitant au consommateur le fastidieux nettoyage d'autrefois. On le cuit à la casserole, dans de l'eau bouillante salée et on le déguste avec du beurre et du persil, ou bien avec un coulis de tomate au basilic.

     

     

     

    On peut aussi le cuire à la vapeur, assaisonné d'herbes fraîches. On le trouve chez certains commerçants entre novembre et mars, mais attention, il est encore rare !

      

     

    La pomme de terre primeur

     

    Elle est récoltée avant sa complète maturité : sa peau est encore très fine, sa chair - riche en eau - a une saveur légèrement sucrée. Il en existe de nombreuses variétés : les plus connues sont la Belle de Fontenay, la Charlotte, la Roseval, la Pompadour, la Francine, la Ratte... Précoce, elle est plantée dès le mois de février dans des régions de bord de mer où la terre sablonneuse est alors à l'abri du gel. Récoltée juste au moment où elle commence à "prendre peau", elle est immédiatement lavée et conditionnée, pour éviter que sa peau ne devienne verte.

     

     

     

    Elle est vendue entre 3 jours et une semaine après son arrachage. En France, elle est récoltée de mai à septembre, mais au-delà du 31 juillet, elle perd son appellation "primeur". A noter que les pommes de terre dites "de conservation" (comme la Bintje par exemple) se récoltent à maturité et se conservent plus longtemps (plusieurs mois).

     

    Les pommes de terre primeur sont délicieuses à consommer "en robe des champs", cuites à l'eau ou à la vapeur et servies dans leur peau, avec une noix de beurre et une pincée de sel. On peut aussi les manger en salade tiède, avec des petits oignons frais et de la ciboulette.

     

     En France, la pomme de terre était bannie pour cause de "maladrerie": on disait qu'elle propageait la peste. Parmentier rédigea un Traité sur la culture et l'usage de la pomme de terre, dans lequel il proposait d'en faire... du pain. Il en fit planter un champ près de Paris dans la plaine des Sablons. Pour attirer l'attention, le champ était gardé par des soldats pendant la journée.

      

    La nuit tombée, on laissait les curieux venir chiper quelques plants et c'est ainsi que la consommation de la pomme de terre commença à se propager en France. Le tubercule fut jugé intéressant par le roi Louis XVI qui daigna en porter la fleur à son chapeau. La consommation commença à se développer. Plus tard, le gouvernement révolutionnaire adopta la pomme de terre pour sauver le peuple de la disette.

     

    Elles s'associent merveilleusement avec les haricots verts frais et les pois gourmands, en jardinière de légumes, et accompagnent bien sûr les viandes et les poissons pour le plus grand bonheur des gourmets.

     

     

     DES BONS LEGUMES... PETITES POMMES de TERRE, TOMATES, CIBOULETTE, COURGETTES, OIGNONS, THYM, PERSIL, HARICOTS VERTS.... BASILIC.. PERSIL...

      

    L'abricot

     

    Historique :

    Originaire de Chine où il pousse à l'état sauvage depuis 4000 ans, l'abricot a longtemps été appelé "prune ou pomme d'Arménie" car on le croyait natif d'Arménie. Arrivé au Moyen-Orient par la Route de la Soie, il fut introduit dans l'empire gréco-romain mais dut attendre le XVème siècle avant d'atteindre nos tables car on le jugeait, à tort, responsable de diarrhées ou de fièvre. C'est aujourd'hui le fruit par excellence de nos corbeilles d'été !

    Qualité nutritive :

    L'abricot est un fruit peu calorique et d'un très bon apport en provitamine A. (www.fraichattitude.com/fruits-legumes-fiche-fruit-legume.html&pagefl=essentiel&fruit=Abricot)

    Propriétés culinaires :

    L'abricot est le fruit de l'abricotier, un arbre de la famille des rosacées. L'abricotier est souvent greffé sur des pruniers, des pêchers ou des amandiers ce qui lui permet de s'adapter plus facilement aux contraintes du climat et du sol. Peu exigeant, l'abricotier s'accomode de terrains caillouteux ou riches en calcaire mais est en revanche très sensible aux gelées et à la sécheresse. De la fleur à la récolte, il faut compter environ 140 jours. Fruit de l'été par excellence, l'abricot cesse de mûrir après la récolte. Il révèle sa palette d'aromes lorsqu'il est cueilli mûr à point et est très sensible au transport et au passage en chambres froides. Sitôt cueilli, sitôt dégusté ! De quoi en faire un fruit à privilégier lors de vos visites dans nos cueillettes Chapeau de Paille !

     

    Info santé Bonne source de vitamine C (même après cuisson), la pomme de terre primeur se distingue des autres féculents (pâtes ou riz, par exemple), qui n'en contiennent pas. Cette vitamine qui améliore l'assimilation du fer et facilite la résistance aux infections est particulièrement importante pour la bonne santé de l'enfant.

     

     

    Tomates anciennes

    Historique :

    La tomate est une grande voyageuse !  Elle est née au Pérou, son ancêtre avait la taille d'une cerise, les galions espagnoles lui font conquérir les potagers du monde entier après une escale au Mexique, les premiers plants européens poussent dans les jardins de Séville courant du 16ème siècle.

    Qualité nutritive :

    La tomate est un "légume-fruit" qui  joue un rôle bénéfique dans  notre alimentation. Sans aucun apport énergétique superflu, la tomate  fournit des quantités appréciables de minéraux (calcium, potassium,  magnésium et phosphore). (source Aprifel)

    "Son  intérêt en matière de prévention des cancers a été reconnu,  grâce à différentes enquêtes épidémiologiques. Elles ont montré qu'une  consommation régulière et suffisante de tomate (comme de chou et de  carotte, d'ailleurs) était corrélée avec un moindre taux d'apparition de  cancers. On pense que le lycopène de la carotte (ce pigment caroténoïde  proche de la provitamine A) pourrait avoir une action protectrice  contre le cancer. Action peut-être renforcée par la présence de vitamine  C, de vitamine E et de fibres, autres facteurs efficaces dans ce  domaine". Aprifel

     

    (http://www.aprifel.com/fiches,produits.php?p=70&c=2)

    Propriétés culinaires :

    Les cueillettes Chapeau de Paille vous proposent dès le début de l'été et jusqu'à la fin octobre, de venir découvrir, ou redécouvrir nos variétés de tomates oubliées.... Leur aspect de forme et de couleur variées, quelque fois un peu surprenant, cache un cœur tendre, une chaire avec peu de pépins et un gout étonnant ! Essayez-les, vous ne pourrez plus vous en passer. Cœur de bœuf, Cornue des Andes, Noir de Crimée, Green zébra, chacune d'elles vous réserve une surprise dans les saveurs, parfums, goût.

    Les tomates oubliées, cueillez-les, conservez-les, vous vous en souviendrez et les attendrez avec impatience dès la saison suivante. Enfin une tomate qui vous met en appétit...

      

    SOURCES : superbe blog potager..http://www.chapeaudepaille.fr/produit.php?prod=139

      

     

    « SACHA GUITRYSa Majesté l'ORTIE »
    Delicious Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires de cet article


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :