• "La coquille" au moyen-âge

    En fait, notre vision repose surtout sur l'automne du Moyen Age, le XVème siècle. La peste noire fit des ravages : un tiers à deux tiers de la population moururent. La France fut ravagée par les armées anglaises, bourguignonnes ou armagnaques... Hors périodes de guerre, les soudards démobilisés se regroupaient en Grandes Compagnies, en troupes d'Écorcheurs et vivaient aux dépens des villes et des campagnes.

    Des bandes de voleurs, dont la fameuse des Coquillards, n'hésitaient pas à recourir au meurtre lors de leurs cambriolages. François Villon, étudiant devenu voleur et assassin d'un prètre, quelque peu défroqué et voleur lui aussi, fut sans doute un affilié de cette association qui devait son nom à la coquille usurpée des pèlerins de Compostelle.

     

    Brughel-mendiant

     

    Le Journal d'un bourgeois de Paris se fit l'écho en 1449 de l'effroi qui saisit l'opinion publique, ce qui prouve le caractère insolite, inouï, révoltant d'un tel acte : des mendiants présentaient des enfants volontairement handicapés.

    "890 Item, en ce temps furent prins caymens, larrons et meurtriers, lesquelx par jehaine ou autrement confesserent avoir emblé enfens, a 1'un avoir crevé les yeulx, a autres avoir coppé les jambes, aux autres les piez et autres maulx assez et trop. Et estoient femmes avec ces murtriers pour mieulx decevoir les peres et les meres et les enfens, et demouroient comme logez es hostelz in ou mi jours, et quant ilz veoient leur point, en plein marché, païs ou ailleurs ilz embloient ainsi les enfens et les martiroient, comme devant est dit.

    891 En ce temps, en la fin de mars mil IIIIc XLVIII, furent aucuns prins, qui encuserent tous les autres. Et de ces caymens furent panduz ung homme et une femme le mercredy XXIIIe jour d'avril, emprès le molin au vent ou chemin de Sainct-Denis en France, mil IIIIc XLIX.


    8892 Item, aucuns desdiz caymens qui estoient de la compaignie d'iceulx devantdiz furent mis en prinson, car on disoit qu'ilz avoient fait ung roy et une royne par leur derision, et fut prouvé centre eulx que ilz avoient a petiz enfens - qu'ilz avoient emblez es villaiges ou ailleurs - coppé les jambes, crevé les yeulx, et assez et trop de telz murdres faiz où ilz reperoient, et estoient tres grans compaignies de telz larrons a Paris et ailleurs."



    Le Macabre, un mouvement artistique qui prendra naissance à la fin de la guerre de cent ans, après les ravages de la Grande Peste.

     

    © grande-boucherie.chez.tiscali.fr

    « La Religion et la Culture au moyen-âgeLes armoiries dans la société médiévale »
    Delicious Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter