• La FRAISE - Elisabeth 1ère d'Angleterre

     

    ▲Bal donné au Louvre en présence d'Henri III et de Catherine de Médicis pour le mariage d'Anne,
    duc de Joyeuse et de Marguerite de Lorraine-Vaudémont (soeur de la reine Louise), le 24 septembre 1581,
    Ecole française, Musée du Château de Versailles sur Agence photographique de la RMN

    A partir des années 1570, sous l’influence de la contre-réforme catholique et de l'extravagance raffinée du roi Henri III (avènement en 1574), la mode et le luxe se développent à la cour de France - il est peut-être utile de rappeler ici que la mode de la fraise est une mode de cour, portée uniquement par l'aristocratie. Le roi, qui a beaucoup voyagé, ne serait-ce que pour revenir de Pologne en passant par l'Italie, à la mort de son frère Charles IX, a une passion de la mode et des nouveautés.

    ▲à g. : Portrait de Henri III, d'après François Clouet, vers 1570,
    Musée Condé, Chantilly sur Agence photographique de la RMN
    au centre : Portrait de Hercule-François, duc d'Alençon, Ecole française, 1572,
    National Gallery of Art, Washington
    à dr. : Portrait de Henri roi de Navarre, Ecole française, vers 1575,
    Musée national du château de Pau sur Agence photographique de la RMN

    En France, la fraise se développe d’abord en hauteur, jusqu'à la fin des années 1575, entourant le cou et le bas de la tête de ses de godrons réguliers superposés, amidonnés, de plus en plus grands, sur une ou plusieurs rangées. Elle est très ornementée de passements[dentelles], de broderies et de fils d'or, parfois échancrée, et devient un élément ostentatoire du costume.

    ▲Portrait de Marguerite de Valois, Ecole de François Clouet, 1572,
    Musée des Beaux-Arts, Blois sur Wikipédia

    ▲Portrait de l'infante Eugenia Isabella Clara,
    fille de Philippe II d'Espagne et de Isabelle de Valois,
    par Sofonisba Anguissola, vers 1573,
    Galleria Sabauda, Turin, sur Wikipédia

    ▲Portrait du prince Ferdinand d'Espagne, par Alonso Sanchez Coello, 1575,
    The Walters Art Museum, Baltimore<

    ▲Jeune garçon tenant un livre et une fleur, par le Maître du comté de Warwick, 1576,
    The Weiss Gallery, Londres

    On est envahi par la folie des grandeurs

    Puis la fraise s'étend en largeur, le roi inaugure, en 1578, une fraise immense de " quinze lés de mousseline et d'un demi-pied de largeur " qui fait sensation. Ces excentricités font l'objet de railleries de la part du peuple, on les nomme " plateau de Saint-Jean ", ou " roue de charrette ", ou encore " meule de moulin ". Pierre de L'Estoile écrit dans son journal : " A voir la tête d’un homme sur ces fraises, il semblait que ce fût le chef [tête] de Saint-Jean sur un plat " – en référence au supplice de Saint Jean-Baptiste dont la tête fut présentée à Salomé sur un plateau. Elle reprendra des proportions plus raisonnables sous le règne de Henri IV (avènement en 1589).

    ▲à g. : Portrait de Henri III, Musée Narodowe, Varsovie
    sur Les derniers Valois
    à dr. : Portrait de Henri III, anonyme, d'après François Quesnel, vers 1585,
    Kunsthistorisches Museum, Vienne

    On raconte qu'au carnaval de la foire de Saint-Germain, des étudiants se sont promenés affublés de fraises en papier et criant : " A la fraise on connaît le veau ! " ; Henri III n'ayant pas goûté la plaisanterie, ils se sont retrouvés emprisonnés au Châtelet. On dit aussi que cette mode est à l'origine de l'essor de la fourchette. De fait, cet ustensile rapporté d'Italie par Catherine de Médicis ne trouve son succès que sous le règne de Henri III. Le roi l'apprécierait car elle lui permettrait de porter les aliments à la bouche sans tacher son ample fraise, il l'affiche dans son restaurant préféré, l'Hostellerie de la Tour d'Argent (actuelle Tour d'Argent à Paris).

    ▲Bal à la cour des Valois, et détail à g., Ecole française, vers 1580,
    collection Robien, Musée des Beaux-Arts, Rennes sur Agence photographique de la RMN

    ▲à g. : Portrait de Henri de Lorraine, duc de Guise, par François Quesnel, 1580, Musée Carnavalet
    à dr. : Portrait de Antoinette d'Orléans, duchesse de Retz,
    Ecole française, vers 1596, sur Agence photographique de la RMN

    Mon propos n'est pas de vous décrire, décennie par décennie, pays par pays, l'évolution de la fraise, qui se développe ici et là en largeur ou en hauteur, mais d'en dégager quelques allures générales. Chaque pays a sa fraise plus ou moins typique : en France, elle est donc plutôt unie, à un rang de tuyaux, ronds ou ovales, parfois fermée, plutôt développée en largeur ; en Angleterre et en Espagne, elle est ornée de dentelle, et souvent plus haute derrière que devant ; en Flandre, elle est plutôt haute et fermée…

    Une mode d'un raffinement extrême

    C'est en Angleterre qu'on trouve, au XVIe siècle, les formes de fraises les plus variées. Dès 1560, des fraises à larges godrons sont présentes dans les portraits, un édit datant de 1562 en limite la largeur à quatre pouces (dix centimètres environ) de chaque côté du visage, des gardes placés aux portes des villes rognent les fraises des contrevenants ! Mais comme partout, à tous les siècles, édits et lois somptuaires triomphent rarement de la mode. La fraise anglaise atteint ses dimensions maximum en 1585. Au lieu d'un seul rang de tissu froncé, elle présente plusieurs rangs superposés, parfois avec des plissés différents. La dentelle très légère, finement représentée par les délicates miniatures de Nicholas Hilliard , y est aussi plus fréquente qu'en France.

    ▲Portrait de femme, miniature par Nicholas Hilliard, 1585-1590,
    Victoria & Albert Museum, Londres

    La reine Elisabeth 1e, qui met habilement en scène son statut de " reine-vierge " en se plaçant au-dessus de la condition féminine commune, pour devenir une icône idéalisée et glorifiée, utilise à son profit la marque de distinction de la fraise. Elle va jusqu'à ajouter au port de la fraise une légère mais imposante conque de mousseline amidonnée, parfois même assortie d'un mantelet transparent.

    ▲à g. : Portrait de Elisabeth 1e, Ecole anglaise, vers 1550,
    collection privée sur The Bridgeman Art Library, Londres
    à dr. : Le couronnement de la reine Elisabeth 1e en 1559,
    Ecole anglaise, copie de l'original perdu, 1600, National Portrait Gallery, Londres

    ▲Portrait de Elisabeth 1e, (détails), Ecole anglaise, vers 1570
    sur Wikipedia

    ▲Portrait de Elisabeth 1e (détails), par Nicholas Hilliard, 1575-1576,
    National Portrait Gallery, Londres

    ▲à g. : Portrait de Elisabeth 1e, attribué à Federico Zuccaro, vers 1575,
    National Portrait Gallery, Londres
    au centre : Portrait de Elisabeth 1e, par Nicholas Hilliard, vers 1575,
    collection privée sur Luminarium
    à dr. : Portrait de Elisabeth 1e, attribué à George Gower, 1579,
    collection privée Folger Shakespeare Library sur Luminarium

    ▲Portrait de Elisabeth 1e, détails, attribué à George Gower, 1580,
    collection privée sur Wikipedia

    ▲Portrait de Elisabeth 1e, détail, attribué à Cornelius Ketel, vers 1580-1583,
    Pinacotea Nationale, Sienne sur Luminarium

    ▲Portrait de Elisabeth 1e, détails, Ecole anglaise, vers 1585-1590,
    National Portrait Gallery, Londres

    ▲Portrait de Elisabeth 1e (détails), par Marcus Gheeraerts, vers 1585-1590,
    collection privée sur Wikipedia

    ▲Portrait de Elisabeth 1e, détails, par John Bettes, vers 1585-1590,
    collection privée sur Wikipedia

    ▲Portrait de Elisabeth 1e, détails, Ecole anglaise, 1590,
    Jesus College, Oxford sur Wikipedia>

    ▲Portrait de Elisabeth 1e (détail), par Isaac Oliver, vers 1600-1602,
    Hatfield, Hertfordshire sur Wikipedia

      

    sources : http://les8petites8mains.blogspot.com/search/label/Elisabeth%201e%20d%27Angleterre

     

    « Le MEXIQUE - Les Pétroglyphes de CaborcaHistoire du BLANC »
    Delicious Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter