• HISTOIRE

    Origines des Francs


    À la fin du Ier millénaire av. JC, l'Europe se divisait en trois grands espaces culturels. Au Sud dominaient les Romains. Au Nord, ceux que les Romains ont appelés les Germains. Au centre, les Celtes. Progressivement, par leurs victoires militaires, les Romains inféodèrent ces derniers et les assimilèrent en même temps que leur empire s'étendait jusqu'aux confins du monde germanique. Face au tempérament farouche et belliqueux des peuples germaniques, l'empire romain établit une frontiére matérialisée par le Rhin et le Danube, le limes, défendu par des garnisons et empêchant ainsi l'expansion germanique tout en mettant en contact les deux mondes, le barbare et le civilisé.

    Verre hélicoïdal Francs

      

    Boucle de ceinture faisant partie du mobilier funéraire d'une tombe franque.

    Mais durant les premiers siècles, la pression des Germains devint plus forte peut-être pousée par d'autres peuples venus d'Orient et les différents peuples germaniques débordèrent les frontière de l'empire quand certains n'hésitèrent pas à marcher sur celui-ci pour s'installer dans des provinces du Sud de l'Europe, cohabitant de fait avec un empire de plus en plus décadent et affaibli. Ces peuples appelés barbares par les Romains n'en avaient pas moins un système culturel propre assez sophistiqué fait du noyau culturel commun aux peuples germaniques et scandinaves et nourri d'influences orientales et romaines dûes aux nombreux contacts avec ces civilisations depuis longtemps.

    Table de Peutinger Francia

    Table de Peutinger, XIIIe siècle, copie de la Tabula Theodosiana, IVe siècle.

    Durant les grandes vagues d'invasions sortit du milieu de ces peuples quelquechose qui ressemblait fort à une nation, peut-être une fédération de peuples culturellement et géographiquement proches où les Sicambres semblent avoir joué un rôle prépondérant, les Francs. Au IVe siécle, les Romains utilisent le vocable Francia pour localiser le territoire occupé par les Francs dans une carte des voies et des étapes dans l'empire que nous connaissons par la Table de Peutinger. L'origine du nom Franc est assez obscure. Certains linguistes lui donnent la même origine que le latin ferox. C'est tout dire. Les Francs sont situés en fonction des périodes plus ou moins dans la vallée du Rhin, dans l'actuelle Belgique et jusqu'en Franconie (de frankkon, royaume des Francs). Ils sont régulièrement utilisés comme auxiliaires des armées romaines en échange de l'occupation de territoires à l'intérieur du limes. Ils sont donc en contact étroit avec la civilisation gallo-romaine.

    Epée runique

    Épée Franque avec le nom de l'épée inscrit en runique.

    Si on retrouve dans leur mobilier funéraire des objets raffinés venant parfois de très loin, on y retrouve également des objets de leur fabrication témoignant de leur savoir-faire, notamment des pièce d'orfèvrerie et des armes typiques des Francs comme l'angon, la francisque, la framée ou le scramasaxe. La longue épée, ou spatha, reservée à l'élite, témoigne elle de leur maîtrise de l'acier damassé. On trouve dans ces tombes un très grand nombre de bijoux et des objet dont la signification religieuse nous échappe. Les Francs ont leurs lois, leurs croyances et, ce qui est commun à presque tous les peuples indo-européens, leur roi dont la fonction semble avoir quelquechose de sacré lié au culte païen des Ases, roi dont la tradition orales perpétue le nom et la légende. Cette petite nation vaillante et habile sortie des confins des mondes germanique et gallo-romain, apparament éclipsée par les invasions massives des terribles Vandales, Goths, et autres Huns est pourtant promise à un grand avenir.



    Fondation de la France


    Au Ve siècle, les Francs sont séparés en deux ensembles régionaux : les Francs Saliens au Nord et les Francs Ripuaires au Sud. C'est un roi mythique, Faramond, qui est à l'origine de la lignée royale des Francs Saliens. Son nom n'est pas anodin puisque faramund en francique signifie "protecteur du clan". Il est donc l'ancêtre tutélaire des rois mérovingiens dont le premier a être attesté est Clodion (vers 390 - vers 450). Avec lui les Francs s'installent en Belgique, dans la région de Tournai, suite à un fœdus conclu avec le romain Aetius. La légende entoure une fois encore le règne de son successeur Mérovée. On entre de nouveau dans l'Histoire attestée avec le successeur de ce dernier, le roi Childéric Ier qui installe durablement les Francs Saliens dans un vaste territoire au Nord-Est de la Gaule en s'alliant avec le romain Ægidius. En plus de roi des Francs Saliens, il est gouverneur de province, la Belgique seconde, et reçoit les insignes de général romain. La barbarie est déjà loin derrière les Francs. Childéric meurt vers 481 après de nombreuses victoires militaires aux côtés des Romains.

    Abeilles de Childéric

    Abeilles d'or et grenat retrouvées par centaines dans la tombe de Childéric Ier et qui ornaient son manteau royal.

    Garde d'épée de Childéric Ier

    Garde d'épée du trésor de Childéric Ier

    Anneau de Childéric Ier

      

    Anneau sigillaire d'or de Childéric Ier

    Le fils et successeur de Childéric Ier changera radicalement le destin de l'Europe occidentale. Son nom est Clovis (466-511). Lorsqu'en 481, àgé de quinze ans, il hérite du royaume de son père, l'empire romain d'Occident a cessé d'exister depuis cinq ans. Le jeune empereur Romulus Auguste dit "Augustule" est déposé en 476 et les insignes impériaux renvoyés par Odoacre, nouveau roi d'Italie, à l'empire d'Orient. C'est le début du Moyen-âge. La Gaule est alors divisée entre les royaumes francs au Nord et au Nord-Est, Le royaume des Alamans à l'Est, le royaume burgonde au Sud-Est, le royaume romain de Syagrius à l'Ouest et le royaume wisigothique au Sud-Ouest. Le visage de la Gaule du Ve siècle est une mosaïque de peuples, d'institutions et de cultures composée d'un important substrat celtique, de ce qu'il reste des cités et des villas gallo-romaines, d'un puissant réseau ecclésiastique et d'établissements de peuples germaniques socialement dominants.

    Monnaie Romulus Augustus

    Monnaie d'or de Romulus Augustus, dernier empereur de Rome

    Le nom de Clovis vient de Chlodowig, composé des racines hlod (« gloire ») et wig (« combat »), c'est-à-dire « glorieux au combat ». Il montre en effet des qualités de chef de guerre évidentes et exige des ses soldats une discipline exemplaire. Il sera également habile en politique. Clovis va s'employer tout au long de son règne à agrandir la Francia originelle, d'abord par l'alliance avec les Francs Ripuaires avant de devenir le seul et unique roi des Francs, puis par des offensives contre la Germanie, la conquête du royaume de Syagrius, la soumission de la Thuringe.

    Clovis épouse Clotilde, pricesse catholique fille du roi burgonde Chilpéric II. Pour s'assurer le soutien du clergé gallo-romain et, à travers celui-ci, de la population gauloise, Clovis, à la suite de la bataille de Tolbiac oû il s'empare du territoire des Alamans, se comvertit au Catholicisme. C'est l'évêque Remi de Reims qui baptise Clovis vers 496. La légende veut que ce soit une colombe qui apporta le saint chrême avec lequel il fut oint avec le signe de la croix du Christ. Cette tradition jouera un rôle important dans le sacre des rois de France jusqu'à celui de Charles X en 1825. Plus de trois mille hommes de son armée furent également baptisés. Ainsi naît le premier royaume catholique d'Occident. En outre, à la demande de Clovis, la Loi salique, pactus legis salicæ, est mise par écrit dans les premières années du VIe siècle. Elle doit autant à des emprunts au droit romain qu'à la tradition germanique et s'applique à tous les Francs.

    Chrisme de Limons

    Chrisme de Limons

    Après un jeu d'alliances compliqué ou interviennent les Gaulois d'Armorique, les Burgondes et les Ostrogoths, Clovis, avec l'appui du roi burgonde Gondebaud, décide de s'en prendre au royaume des Wisigoths en 507. Il affronte Alaric II à la bataille de Vouillé où celui-ci est tué. Après cette victoire, Clovis prend possession de toute l'Aquitaine jusqu'aux Pyréneés et les Wisigoths doivent se replier dans la péninsule hispanique. Ainsi le royaume entame son expansion vers le Sud. En 508, Clovis reçoit de l'empereur d'Orient Anastase Ier le titre de consul, le diadème et la pourpre et est salué comme Auguste au cours d'une cérémonie à Tours. Il choisit comme résidence principale l'ancienne Lutèce, appelée désormais Paris du nom des Gaulois ayant peuplé cette région. Paris, ville de Sainte Geneviève, devient dès lors la capitale du royaume franc.

    Avant sa mort, Clovis achève de s'emparer des autres royaumes francs et réunit le concile des Gaules à Orléans afin de régler les relations entre le roi et l'Église et faciliter la conversion des Francs et des ariens, il est appelé Rex Gloriosissimus. Il devient alors le roi unique du premier royaume catholique d'Occident, la Francia originelle des Francs qui s'étend désormais de la vallée du Rhin jusqu'aux Pyrénées. Le royaume des Mérovingiens sera divisé entre ses fils, puis unifié par la suite, puis de nouveau morcelé, mais son expansion continuera, notamment avec les Carolingiens jusqu'à former un royaume des Francs érigé en nouvel empire d'Occident. La tradition du partage aura raison de cet empire et le partage de Verdun en 843 sera déterminant dans le visage que prendra l'Europe pour les siècles à venir et jusqu'à aujourd'hui. Lorsque s'éteignent les derniers Carolingiens, le royaume des Francs perd sa partie orientale qui, après Carloman et sa courte descendance naturelle, Arnulf puis Louis IV l'Enfant, tombe entre les mains des Ottoniens qui restaurerons la dignité impériale à leur profit et préfigureront la Saint Empire Romain Germanique, Séparant de fait la France occidentale et la France orientale qui retourne dans l'orbe germanique des ducs de Franconie et de Saxe. Cependant, malgré les partages, l'unité du regnum francorum restera réelle en droit dans la France occidentale. C'est de cette unité hérité de Clovis Ier que va naître la France des Capétiens qui régneront sur elle cinq siècles plus tard et durant plus de huit siècles. Seize siècles après la petite Francia du mérovingien Clodion, si la France est encore l'une des principales puissances du monde, elle demande à renouer avec sa très ancienne tradition royale pour renaitre dans la nouvelle ère dans laquelle nous entrons.

    Gisant de Clovis Ier

    Gisant de Clovis Ier à la basilique royale de Saint-Denis

    Voir aussi notre article Le songe nocturne sur le blog Saxe-Hussards.

      

    SOURCES : SUPERBE BLOG de http://www.saxe-hussards.com/histoire-des-francs.htm

      

    Delicious Yahoo! Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique