• Les Gaulois - De quoi vivaient les Gaulois ? ( 4 )

    Les Gaulois

     

    Les Gaulois
    L'époque gauloise voit la région déjà parcourue par les voies de communication de la Cité des Eduens. Matour constitue la frontière sud de cette tribu gauloise importante dont la capitale se situe à Bibracte (actuel Mont Beuvray). Des oppida, places fortes étagées en profondeur, protègent le pays des incessantes rivalités entre tribus. Saint-Pierre-le-Vieux (Resedon) et Brandon (Brannodunum), très proches de Matour, en auraient constitué la première ligne. Agriculture féconde, exploitation de la forêt, métallurgie du fer, attestent le degré de civilisation atteint par les Gaulois, inventeurs d'une charrue à roue, du tonneau, et dont les nombreux véhicules attelés parcourent déjà des routes qui faciliteront grandement la conquête romaine au 1er siècle av.JC.

    Les Gaulois ne conçoivent pas l'économie comme une administration collective des biens mais plutôt comme la gestion des ressources privées, fournies en grade partie par des butins de guerre.

    A la recherche de butins
    Les expéditions guerrières des Gaulois répondent à une nécessité économique plus qu'à une volonté expansionniste : leur production agricole et artisanale n'est pas toujours suffisante pour générer des surplus, échanger des produits et obtenir ceux qui leur manquent. C'est donc par la force qu'ils se procurent ces biens, des terres et des esclaves. A partir du Ve siècle av. J.-C., se développe aussi un système de mercenariat : certains Gaulois s'engagent comme soldat pour des peuples étrangers, en échange de denrées convoitées, comme le vin.

    Une agriculture développée

    Les Gaulois sont parvenus à développer l'une des plus riches agricultures du pourtour méditerranéen, notamment grâce à un climat favorable, à la mise au point d'engrais, d'outils et d'attelages permettant de labourer des terres lourdes. Pourtant, cette activité n'est pas valorisée au sein de la société gauloise. Les propriétaires n'exploitent d'ailleurs pas directement leurs terres, qu'ils préfèrent mettre en fermage. En revanche, ils accordent une grande importance à l'élevage, la taille et la beauté de leur troupeau étant un signe de richesse.

    L'omniprésence de l'artisanat

    La production artisanale occupe une place importante dans la société gauloise, notamment pour pallier une offre trop restreinte de produits importés. Les Gaulois excellent ainsi dans la production d'outils en fer et dans l'orfèvrerie, témoignant d'une bonne connaissance des minerais. L'or est particulièrement prisé, au point que les Romains ont évoqué la Gaule comme le "pays où l'or foisonne". Le travail du bois est également développé, la tonnellerie notamment, mais cette large production n'a pas résisté au temps. Leurs poteries, surtout l'émail de couleur rouge, sont alors réputées dans tout le bassin méditerranéen.

    Un commerce par défaut

    Les Gaulois ne sont pas des commerçants. Ils préfèrent produire par eux-mêmes ou piller leurs voisins. Néanmoins, ils pratiquent une forme de commerce en prélevant des droits de passage sur les marchandises qui transitent sur leur territoire. A partir du IIIe siècle av. J.-C, les Gaulois commencent à troquer des produits, qui restent peu diversifiés : ils achètent du vin, mais aussi des chevaux, de la vaisselle ou des bijoux. En échange, ils revendent des esclaves, une partie des produit de leur élevage ou leurs services de mercenaire. Ces échanges se font donc sous forme de troc, les pièces de monnaie gauloises n'apparaissant que tardivement, au IIIe siècle av. J.-C.

    « Les Gaulois - La vie quotidienne des Gaulois ( 3 )Les Gaulois - La culture Gauloise ( 5 ) »
    Delicious Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter