• Les Mérovingiens.. en Normandie.

    Les Mérovingiens

     

    sarcophage-merovingien

    sarcophage-merovingien

    —————————————————————————————————————————

    A la fin du 19ème siècle, on a découvert en Basse Normandie un certain nombre de champs funéraires mérovingiens qui ont fourni de nombreux objets.

    La découverte près de l’Ecarde de sarcophages de l’époque mérovingienne, sans être exceptionnelle pour la région, est d’un intérêt majeur pour Amfreville.

    Objets-mérovingiens

    Objets-mérovingiens

    Au lieu-dit le Champ de Montdane ou de la Monderie (Quartier le Mont d’Aunes à 325 mètres environ de l’hotel de l’Ecarde), un cimetière de huit sarcophages a été découvert en 1880, puis un neuvième a été dégagé ; ils renfermaient scramasaxes, boucles de ceinturon, vases, etc.

    Clovis 1er

    Clovis 1er

    Ces sépultures datent du 6 ème ou 7 ème siècle, époque de Clovis.

    Extrait de « Amfreville 2000″ Histoire locale.
    ————————————————————————————

      

     

    Un scramasaxe est une arme blanche franque et pour certains types, plurigermanique (saxonne, viking, etc.). Il s'agit d'un coutelas semi-long à un tranchant long sur un côté de la lame, l'autre côté n'étant affuté qu'à son extrémité (dernier tiers de la lame environ).

    Premières sources écrites et étymologie :

    Le terme « scramasaxe » est attesté à propos du meurtre de Sigebert Ier en 575 sous la forme skramasax, chez Grégoire de Tours vers 591: "quos vulgo scramasaxos vocant" et dans la Liber Historiæ Francorum: "Ibi gladiatores percusserunt regem in ventrem suum duobus scramsaxiis.". Il signifierait « couteau qui entame ou qui entaille ».

    L'élément "sax" est issu ultimement du protogermanique *saχsam > vieil anglais seax, couteau et vieux haut allemand sahs, moderne der Sax (ou Sachs, pluriel Saxe), qui a peut-être donné son nom aux « saxons » (d'après Ptolémée) et l'élément "scrama" de *skram(m)a > néerlandais schram, allemand Schramm, entaille ou entame.

    Breitsax du VIIe siècle avec essai de reconstitution

    Description[modifier]

    Il mesure entre 20 cm et 1 m de longueur totale. Les spécialistes distinguent plusieurs types de scramasaxes :

    • le Kurzsax (ou le « courtsaxe »): jusqu'à 25 cm de longueur de lame et 3 cm de largeur. On le trouve au milieu du Ve siècle dans l'espace franc, mais pas en Basse-Saxe.
    • le Schmalsax I (ou le « saxe effilé »): en moyenne 30 cm de longueur de lame et 3 cm de largeur. À partir du milieu du VIe siècle. On le trouve dans l'espace franc et également en Basse-Saxe.
    • le Schmalsax II : moins long que le précédent 29 cm, mais plus large jusque 3,3 cm. À partir du dernier quart du VIe siècle. Même répartition.
    • le leichter Breitsax (ou le « large saxe léger ») : en moyenne 30,5 cm de longueur de lame, pour 4,3 cm de large. À partir de la fin du VIe siècle. Ce type de saxe est plus complexe, plus élaboré et plus décoré.
    • le schwerer Breitsax (ou le « large saxe lourd ») : 35,5 cm de moyenne pour une largeur de 4,9 cm. Autres caractéristiques analogues au précédent.
    • le Langsax. Il est appelé en vieil anglais långseax (moderne long seax) et était destiné à un usage militaire: arme principale dans les pays de souche saxonne comme la Westphalie ou la Basse-Saxe, ailleurs arme secondaire à côté de la spatha. Sa lame mesure en moyenne 49 cm et sa largeur est de 4,2 cm. Les modèles "saxons" sont plus élaborés que les modèles "francs". On ne le trouve pas avant le dernier quart du VIIe siècle.
    • Modèles scandinaves : Ces scramasaxes ont généralement une poignée plus courte que les modèles continentaux. La lame comporte parfois des ornements en forme de sillons ou de cercles. Les découvertes effectuées au Gotland ont montré fréquemment la présence de fourreaux de bois richement décorés (Bjärs). Ils datent du Ve siècle. Des motifs animaliers typiquement germaniques sont gravés dans le métal et dans le bois, typiques du style de Vendel[1],[2].

    Généralités :

    L'origine du scramasaxe est difficile à cerner, car son existence est attestée de la France à la Russie. Ce couteau fut utilisé par tous les peuples d'origine germanique, et si on le voit régulièrement sur les reconstitutions de costumes vikings, son heure de gloire a plutôt été mérovingienne. Comme toutes les armes blanches de cette époque, ses qualités de forge sont exceptionnelles. La plupart ont un tranchant rapporté en acier dur ou, le plus souvent, une structure en « sandwich ». Le forgeron mérovingien travaillait son fer avec de la fiente de canard, ajoutant empiriquement du manganèse.

    À la fois pointu et coupant, arme et outil, c'était un peu le couteau à tout faire de l'époque. Conservé dans un fourreau de cuir simple dans lequel le manche rentre à moitié (l'arme n'ayant pas de garde), le plus souvent porté horizontalement dans le dos au niveau de la taille.

    sources : surper blog...http://www.amfreville.net/?page_id=1788

    « Des Mérovingiennes aux CarolingiennesCLOTAIRE 1er ROI des FRANCS »
    Delicious Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter